Présentation de nos ambassadrices – Julia Minotti

Nous vous présentons Julia Minotti, l’une de nos ambassadrices.

Julia a commencé à jouer au hockey à l’âge de 12 ans. Elle jouait toujours au hockey dans la rue avec son frère et ses voisins et elle voulait vraiment s’inscrire, mais puisqu’elle jouait déjà au soccer compétitif, ses parents hésitaient. Julia a réussi à les convaincre!

À quel niveau es-tu rendue? Quel est ton parcours au hockey? Quelles sont les prochaines étapes ou quels sont tes prochains objectifs?

Je joue au niveau collégial pour John Abbott Collège. J’ai commencé à jouer Pee-Wee B avec l’association Hockey féminin Laval, l’année suivante, j’étais dans le Pee-Wee AA. J’ai joué AA et j’ai fait partie du programme LHFDQ AAA lors de ma deuxième année Bantam. Par la suite, j’ai joué pour les Rebelles Midget AA, ainsi que l’équipe AAA avec de la LHFDQ. À ma dernière année avec l’association, la classification a changé et j’ai joué Midget AAA avec les Amazones.

Il me reste une dernière année collégiale. Ensuite, pour les quatre prochaines années, je vais jouer pour l’université Clarkson dans l’état de New York.

As-tu eu un entraîneur qui t’a encouragé à persévérer et dont tu aimerais souligner le travail?

Tous les entraîneurs pour qui j’ai joué et que j’ai eu la chance de côtoyer m’ont aidée à devenir la gardienne que je suis aujourd’hui. Ils avaient et ont tous des styles et des atouts différents qui m’ont aidée à me pousser et à atteindre mes objectifs. Par contre, j’ai eu la chance d’avoir Charline Labonté comme psychologue sportive et comme mentor, elle m’a ouvert les yeux et permis de réaliser les outils dont j’avais besoin pour atteindre mes objectifs.

Quel est ton plus beau souvenir au hockey féminin?

Mon plus beau souvenir est d’avoir vécu les championnats canadiens avec l’équipe du Québec, c’était une expérience inoubliable.

Quelle est ta plus grande réussite au hockey?

Ma plus grande réussite a été de m’engager auprès de l’Université Clarkson en 2018 à l’âge de 16 ans. C’était une offre inattendue que j’ai reçue après le camp estival d’équipe Québec en 2018. Pour moi, jouer au hockey universitaire a toujours été un but. 

Quel est le plus gros défi que tu as eu à surmonter au hockey, et comment y es-tu arrivé?

Pour moi, le plus gros défi que j’ai eu à surmonter est lorsque j’ai fait le saut du Pee-Wee B au Pee-Wee AA. La majorité des filles qui jouaient AA jouaient ensemble depuis quelques années et elles avaient donc plus d’expérience que moi. J’ai dû m’adapter rapidement pour pouvoir être au même niveau que les autres joueuses. Un autre défi que j’ai dû surmonter est quand j’ai été retranchée d’équipe Québec U18 en 2018. J’étais parmi les 6 dernières gardiennes qui ont pu continuer à la prochaine étape, sois le camp estival. J’étais la plus jeune gardienne au camp. Au début, je ne m’attendais même pas à passer à la prochaine étape, puisque cette année-là j’avais seulement 16 ans. De plus, la formule était différente et nous étions une vingtaine de gardiennes aux camps printaniers à vouloir nous tailler une place. Par contre, lorsque j’ai été sélectionnée pour le camp estival U18, j’ai commencé à croire que je pouvais faire l’équipe, mais quand j’ai été retranchée, j’ai vécu ma première « défaite » personnelle au hockey. Donc, il a fallu que je me ressaisisse et cette année-là j’ai travaillé le plus fort que je n’ai jamais travaillé pour faire l’équipe l’année d’après, ce que j’ai accompli.

Qu’est-ce que le hockey féminin t’a appris?

Le hockey m’a appris à bien gérer mon temps, surtout avec l’école. Ça m’a appris à être disciplinée avec mes études et avec mon entraînement hors glace. De plus, j’ai appris qu’il ne faut jamais arrêter de travailler fort, puisqu’à la fin, les efforts portent fruit.

Si tu avais à donner un conseil à une jeune fille qui commence, que serait-il?

Mon conseil serait premièrement de t’amuser, à la fin de la journée, le hockey c’est pour nous divertir. Si tu as des objectifs, travaille pour les atteindre, et rappelle-toi que l’entraînement que tu fais hors glace est parfois plus important que l’entraînement que tu fais sur glace. Dernièrement, sois une bonne personne et une bonne coéquipière. Tu vas avoir plus de facilité à percer si tu as une bonne attitude.

Si tu avais à donner un conseil à une joueuse qui est découragée, que serait-il?

De ne jamais lâcher, parfois c’est dur, parfois ça ne nous tente pas. Mon conseil serait de garder ta tête haute et continuer à persévérer. Pense à la raison pour laquelle tu as commencé à jouer au hockey et à ton objectif premier. Une fois que tu te rappelles ça, ça devrait te donner l’énergie nécessaire pour continuer. 

Qu’aimerais-tu partager avec les joueuses de notre association?

J’aimerais partager mon parcours particulier avec elles et l’éthique de travail qu’il faut pour atteindre nos objectifs, tout en ayant du plaisir.

Merci Julia!

Partenaires

Chevrolet 440 Laval
Rubs BBQ Américain
Chevrolet 440 Laval
Rubs BBQ Américain
Chevrolet 440 Laval
Rubs BBQ Américain
Chevrolet 440 Laval
Rubs BBQ Américain

Suivez-nous

Social

Météo

Weather Icon

Endroit

Température
( à )

Dernières nouvelles